Vous êtes ici

Les challenges du management

Pour préparer le changement, essayez l'introspection

L'entreprise fonctionne-t-elle par transmission autoritaire - et donc verticale -ou bien sur une base transversale ? Les échanges entre différents niveaux hiérarchiques passent-ils par des messages explicites ou bien, au contraire, implicites ? Les salariés travaillent-ils en solo ou sur un mode de coopération ? Avant de se transformer pour s'adapter à un environnement mouvant, il est rare que les entreprises prennent un temps de pause pour s'interroger sur leur mode naturel de fonctionnement.

Comment réussir une succession managériale ?

Le départ d'un chef est toujours un choc. Soulagement pour les uns, inquiétude pour les autres, la traînée émotionnelle peut durer. Ici, on constate la revanche de ceux qui n'étant pas dans la proximité du sortant voient l'occasion de reprendre le dessus ; là c'est la nostalgie sans fin d'avoir perdu un leader reconnu. Le passé est idéalisé et la nouveauté vécue comme traumatisante. Pour tous, l'enjeu est de trouver ses marques et de comprendre le « mode d'emploi » de l'arrivant.

La politique dans l'entreprise, jusqu'où aller ?

Le ton est laconique : « Nous avons appris que Marc Desgorces Roumilhac, DRH du groupe Marie-Claire, était membre du comité de soutien de Marine Le Pen », ont écrit les patrons de « Marie-Claire » sur le site du magazine, en réaction à un article de presse citant les propos frontistes de leur DRH. « C'est une démarche purement personnelle [...]. Nous respectons toutes les opinions politiques mais celles-ci ne doivent pas et n'ont jamais interféré avec la vie des magazines et de l'entreprise. »

Quand le chef est une patronne

Existe-t-il une façon typiquement féminine de diriger ? La question divise. « La filiale est dirigée par une femme ingénieur rigoureuse, qui sait aussi humaniser les relations », observe Arividya Noviyanto, DRH de Total en Indonésie (3.800 personnes). Comme lui, nombre de salariés placés sous l'autorité de femmes évoquent leur sensibilité et leur style différent.

Climat en entreprise : les salariés pas (du tout) d'accord avec leurs boss

Les employeurs voient la vie en rose et leurs salariés sont moroses. C'est la conclusion "alarmante" de l'enquête "Observatoire social de l’entreprise" réalisée par l'Ipsos pour le compte de l’organisme de formation CESI. Le questionnaire, diffusé à la fin de l'année dernière dans les open space et les bureaux de direction, confronte la perception (plutôt divergente) des chefs d'entreprises et de leurs salariés quant au climat social dans l'entreprise. Au total, quelques 408 big boss et 1014 salariés (dont un quart de niveau cadre) ont répondu.

Les mots – et les maux – de l’entreprise

François Coulomb – agrégé d’économie et gestion et docteur en sciences économiques et enseignant en classe prépa à l’expertise comptable - signe un petit bouquin de 128 pages bien argumenté, souvent critique et parfois humoristique sur l’entreprise et le management.

Sous la forme d’un abécédaire de plus de cent définitions, de «A» pour « actionnaire », à «Y» pour « yeld management », il traduit, explique, contextualise, le vocabulaire des gestionnaires, des acteurs de l’économie et du « quotidien des entreprises ».

Pages